Histoire : de la lampe à huile à la lampe à pét...

Histoire : de la lampe à huile à la lampe à pétrole

De la lampe à huile à la lampe à pétrole.

Prologue : le temps des bisons.

Avoir encore de la lumière après la nuit tombée a toujours été une préoccupation majeure des hommes. Et, pour cela, ils ont fait preuve de trésors d’ingéniosité. L’objectif permanent, c’est non seulement d’y voir clair, mais aussi de pouvoir déplacer la source de lumière d’un endroit à un autre.

Pour cela, un seul moyen : inventer une « lampe », c’est-à-dire quelque chose que l’on peut enflammer et déplacer. Et cette invention remonte à la nuit des temps, puisque les hommes préhistoriques, déjà, utilisait l’ancêtre de l’ancêtre de l’ancêtre de la lampe à huile puis de la lampe à pétrole, à savoir la lampe à graisse. Une forme très aboutie de cette lampe à graisse a été découverte dans la grotte de Lascaux. La voici :

 

(Photo « Musée de la Préhistoire ». http://musee-prehistoire-eyzies.fr/fr/collection/tid-4/cid-3/collection-lampe-de-lascaux )

Plusieurs centaines de lampes de ce type ont été trouvées, en pierre, calcaire, grès, etc… la graisse animale fondue brûlait au moyen d’une tresse ou torsade végétale, les premières mèches ! L’efficacité du procédé était toute relative, avec un copieux dégagement de fumée, mais la nuit était vaincue !

Ces mêmes lampes, simplement plus sophistiquées, suspendues, ou montées sur pieds, ont été utilisées par les Romains. En effet, dès l’Antiquité, on est passé à la lampe à huile en utilisant de l’huile minérale apurée, puis distillée. En France, au Moyen Âge, on utilisait l’huile produite sur place, huile de navette dans le nord, huile de noix dans le sud.

Les mèches elles aussi s’améliorent peu à peu, et sont réalisées en chanvre, en laine, en lin, et puis, à partir du XVIIe siècle, en coton.

La lampe à huile.

Mais c’est la lampe à huile elle-même qui connaît des progrès notable à partir de 1780.

Le chimiste Proust invente la lampe à huile à réservoir latéral (1780). Et mine de rien, c’est un gros progrès, puisque l’huile se trouvant plus haut que le bec y est poussée par son propre poids.

Puis voici Argand qui invente la mèche cylindrique, et la cheminée de tôle, puis de verre (1782)

Et c’est un pharmacien, Antoine Quinquet, qui reprend c es inventions en une lampe bien au point montée sur tige (1784) et qui restera d’usage courant jusqu’à l’arrivée de la lampe à pétrole. Elle sera tellement utilisée que le nom de son inventeur devient un nom commun : un quinquet !

Tableau illustrant l’utilisation d’un quinquet

Une petite anecdote qui fait écho à la polémique annuelle sur l’utilité de la différenciation entre horaires d’été et horaires d’hiver : le « journal de Paris », de Benjamin Franklin, évoque cette possibilité pour la première fois, et se demande quel serait l’économie d’huile ainsi réalisée sur la consommation des quinquets !

La lampe à pétrole.

À partir de 1853, c’est l’apparition d’une huile enfin fluide, le pétrole lampant. Cette huile légère du pétrole, obtenue après distillation du pétrole brut entre 150 et 300 degrés, est destinée à l’éclairage. C’est la fin de la lampe à huile, et l’avènement de la lampe à pétrole. Sur un sujet évidemment beaucoup plus grave et important, la fameuse phrase prononcée par De Gaulle en 1960, « …comme on peut regretter la douceur des lampes à huile, la splendeur de la marine à voile, le charme du temps des équipages », renvoyait la lampe à huile loin dans le passé ! Ce qui ne signifie pas que la lampe à pétrole, en 1960, représentait la modernité ! Au contraire, repoussée à son tour par l’électricité, la lampe à pétrole vivait ses dernières heures dans les campagnes reculées.

Mais De Gaulle avait vu juste en citant la « douceur » de ce type d’éclairage. Et, après avoir quasiment disparue, la lampe à pétrole revient peu à peu, objet de douceur nostalgique. En un temps de technologie omniprésente, la lampe à pétrole sait encore, sur ce guéridon, ou sur ce buffet rustique, dispenser la chaleur de son éclairage doré.

La lampe à pétrole est peu à peu passée du rang d’objet utilitaire à celui d’objet de décoration et de plaisir.

Finalement la lampe à pétrole a peut-être acquis là ses lettres de noblesse !

(Visitez l'ensemble de lampes à pétrole que je vous propose, de toutes époques, matières, formes, et tailles, en cliquant ici)