Petite approche de classification des lampes à ...

Petite approche de classification des lampes à pétrole.


Petite approche de classification des lampes à pétrole.

 


La lampe à pétrole : l’apparition
 

 

En dehors de la lampe à huile, dont l’origine s’enfonce dans la nuit des temps, et qui ne connut de progrès notable qu’à partir de 1780 environ, le plus clair de l’éclairage, jusqu’à l’apparition de la lampe à pétrole, c’est la bougie ! On a du mal à imaginer le château de Versailles éclairé à la bougie, et Louis XIV et sa cour dans une certaine pénombre, et ceci même en dépit de l’armée de laquais allumant sans relâche, chaque soir, une armée de bougies ! Ce n’est donc que vers 1780 qu’apparaissent les premiers progrès, non pas sur la lampe à pétrole qui n’existe pas encore, mais sur la lampe à huile, avec un pharmacien du nom de Quinquet, Antoine, qui reprend quelques inventions, les rassemble et les perfectionne en une lampe qui passera dans l’usage courant, et même dans le vocabulaire courant : une lampe à huile devient « un quinquet ». Et puis, vers les années 1850, apparaît le pétrole lampant qui va permettre, en conséquence, l’arrivée de la lampe à pétrole. Avant que la lampe à pétrole ne soit, à son tour, détrônée par l’électricité, elle s’est développée en différentes « familles » en fonction des usages qui en sont faits.

La lampe à pétrole pour la tempête.

Pour braver les éléments, nous trouverons d’abord une famille de lampes à pétrole particulière : les lampes tempête. Sans aller jusqu’à la brandir en haut de la falaise balayée par les vents, on peut, beaucoup plus paisiblement, la poser sur la table pour dîner dehors ! Citons, parmi beaucoup d’autres, la lampe tempête « la luciole », fabriquée par la même entreprise française depuis 1927.

La lampe à pétrole au salon.

387_LA_-_Lampe_a_petrole_statue_reguleS’il fait un peu frais, entrons au salon ! Et là, nous allons trouver la famille des lampes à pétrole d’intérieur. Un pied rond ou carré, plus ou moins travaillé, souvent lesté pour assurer une bonne stabilité… Au dessus, généralement, une colonne de marbre, de bronze, de pierre veinée… plus haut encore, le bol, ou toupie, ou réservoir, en verre, souvent, et qui contient le pétrole… enfin, le pied douche, le bec, et le verre. Cet ensemble est plus ou moins gros, plus ou moins lourd, mais toujours uniquement vertical.










Chopin et la lampe à pétrole.

pianoParmi ces lampes à pétrole d’intérieur, il en est une qui se trouve un peu particulière du fait de son utilité : la lampe de piano. Comme son nom l’indique, elle est destinée à être posée sur un piano et à éclairer la partition. Elle est donc assez petite.






Parisienne ?

269_LA_-_lampe_a_petroleUne autre lampe à pétrole d’intérieur, dont la particularité ne tient pas à une utilité définie, mais à une époque, celle des « années folles ». C’est la lampe dite « parisienne ». De cette époque de fanfreluches, franges et colliers immenses, elle a hérité des « pampilles », souvent faites de petites perles colorées formant motif, et qui cassent la lumière. Elle porte un abat-jour rond, tout en laiton, plus ou moins travaillé, mais présente toujours plusieurs petits trous fermées par des cabochons de couleurs, translucides, qui forment autant de points lumineux.





Les études et la lampe à pétrole.

403LA_-_lampe_a_petroleQuand on poursuit des études, c’est bien connu, on a besoin de travailler tard le soir, penché sur ses notes et ses cahiers. Et qu’il est impératif qu’il soit bien éclairé, par une lumière aussi directe que possible. Alors, voici une autre famille de lampes à pétrole : les lampes dites « d’étudiant ». Particularité : la partie éclairante n’est pas tout en haut, sur le dessus, mais au contraire déportée sur le côté, ce qui permet de mettre des documents juste sous le cône de lumièr