Lampes à essence, à pétrole, document : rapport...

Lampes à essence, à pétrole, document : rapport du Jury de l'Exposition Universelle 1900

Document.

Rapports du Jury International de l’Exposition Universelle de 1900

Titre II

Éclairage à l'huile minérale.

L’usage du pétrole se répand de plus en plus pour l’éclairage domestique et tend à se substituer presque complètement à celui des bougies et des huiles.

C’est le pétrole qui est encore de nos jours le plus communément répandu. Il est souvent employé par le riche, presque toujours par le bourgeois et totalement par le pauvre ; c’est pour ainsi dire l’éclairage national. Il a été approprié à tous les besoins par des appareils ad hoc c’est ce qui explique, du reste, sa multiplicité. Depuis le simple lampion se plaçant dans la lanterne d’écurie jusqu’à la lampe riche à ornements ciselés s'étalant dans les salons, tous les modèles ont leur raison d’être.

(…)

Depuis sa découverte en 1857, le pétrole, grâce à son bon marché, à la construction simple, sans cesse perfectionnée des lampes, arrive à éliminer presque complètement l’éclairage par les huiles végétales.

Le pétrole constitue un agent d’éclairage d’un emploi commode, et on l’utilise à l’état liquide et à l’état de gaz.

Emploi du pétrole à l’état liquide.

L’emploi du pétrole à l’état liquide se divise ainsi : lampes à gazoline et à essence de pétrole ; lampe à pétrole ordinaire.

Lampes à gazoline et à essence de pétrole.

L’essence minérale donne une lumière beaucoup plus intense que l'huile de colza.

Malheureusement, un liquide aussi dangereux entre les mains trop souvent inexpérimentées du plus grand nombre devait être la source de nombreux et fâcheux accidents. De là découle naturellement l’état stationnaire dans lequel ce mode d’éclairage croupit depuis longtemps.

Les lampes à essence ne comportent aucun mécanisme. La lampe est formée par un réservoir rempli d’une matière spongieuse, comme le feutre, la bourre, le coton, etc. La mèche pleine, en coton, remplit le bec cylindrique vissé au-dessus du réservoir.

L’alimentation se fait par simple contact de la substance imbibée d’essence avec la mèche.

L’appareil de ce genre est la lampe Pigeon. Elle ne peut guère servir que pour les éclairages de faible intensité.
On compte 6 g d’essence par bougie-heure, et elle contient 70 à 90 g ; la durée de son éclairage peut atteindre environ 15 heures.

On a essayé aussi d’employer l’essence dans les lampes à pétrole ordinaire avec des cheminées. La lampe comporte une série de mèches pleines disposées en couronne. Chaque mèche ronde est enfermée dans un tube en laiton et la partie inférieure plonge dans le réservoir. Ces tubes sont reliés entre eux, et une crémaillère permet de mouvoir l'ensemble. Un disque métallique horizontal placé au milieu de la flamme la fait s'épanouir tout en augmentant la combustion. L’appareil est recouvert d’une cheminée en verre légèrement conique qui donne à la lumière une grande fixité. Cette lampe est dangereuse au point de vue de la manipulation et de l’emplissage. L’échauffement du liquide est considérable

Lampes à pétrole ordinaire.

Pour obtenir avec le pétrole une lumière claire et brillante, il faut lui fournir de l’air en quantité suffisante, de façon à avoir la complète combustion des carburants riches qu’il renferme.

Les divers appareils diffèrent par la forme du bec. Dans la plupart l’ascension du liquide se fait simplement par capillarité au moyen d’une mèche.

La lampe à pétrole se compose de réservoirs en verre, en porcelaine ou en métal.

La mèche puisant le pétrole dans le réservoir, l’amène dans un organe spécial nommé brûleur, où il est enflammé. Les mèches employées sont plates, rondes et annulaires ou rondes pleines. Pour que la combustion du pétrole se fasse d’une façon complète, il est nécessaire que le brûleur soit disposé de façon à diriger sur la mèche un courant d’air rapide affluant en quantité suffisante, pour brûler convenablement le liquide admis dans la flamme. La question du réglage de la quantité d’air est des plus importantes, car si l’air est insuffisant, la combustion est incomplète, et la lampe répand une odeur désagréable, tandis qu’un afflux trop considérable d'air nuit à la flamme en la refroidissant. La montée de la mèche est assurée par des molettes qui se manœuvrent par une tige extérieure.

Pour brûler le pétrole, on se sert de différents becs ; ce sont les becs plats et les becs ronds, brûlants avec ou sans verre-cheminée.

Dans le bec plat, brûlant avec verre, comme son nom l’indique, la mèche est plate et enfermée dans une gaine métallique ; elle reçoit un mouvement d’ascension par deux pignons mûs par un bouton extérieur.

La gaine est placée à l’intérieur du bec ; celui-ci se compose d’un panier percé de trous au-dessus duquel se trouve une capsule qui possède une fente permettant le passage de la flamme. Cette capsule joue un rôle considérable, tant au point de vue de sa forme que de la fente qui y est faite.

La combustion se fait sous la capsule, les hydrocarbures gazeux commencent à brûler en donnant une flamme bleue ; par suite du rétrécissement de l’orifice de sortie, l’air et les gaz se mélangent et la combustion est à peu près complète. La flamme en dehors de la capsule est très éclairante et la cheminée qui surmonte le bec forme tirage et lui donne sa fixité. Pour permettre que le tirage soit constant, il est nécessaire de percer quelques trous d’aération dans le bas de la capsule.

Monsieur Léon Luchaire a été l’inventeur des premiers becs plats à charnière, et les becs de ce système ont été répandus dans le monde entier ; presque toutes les Compagnies de Chemins de Fer l'ont employé et l’employent encore par suite de l’avantage qu’ils ont de rendre le service plus pratique. La cheminée est de forme méplate et le méplat est placé dans le sens de la flamme.

La lumière est assez constante : un bec de cette ligne donne une intensité de une demi-carcel pour une consommation horaire de 22 grammes.

Dans certains cas, il est arrivé de remplacer, dans des lanternes de chemin de fer, le brûleur avec verre par un brûleur sans verre.

Le principe de construction de ce bec est le même, l’aération seule est modifiée mais il faut constater qu’avec ces becs, la flamme, n’ayant pas le tirage forcé donné par la cheminée, est moins intense et plus molle. D’un autre côté, si, avec une cheminée, la chaleur produite par la flamme est rejetée au dehors, sans cheminée, cette chaleur peut se communiquer par conductibilité du métal à la lampe. Néanmoins, dans certains cas, les becs brûlants sans verre ont un intérêt comme applications et sont utilisés pour l’éclairage des signaux.

À la Compagnie du Nord et dans d’autres compagnies, pour obvier à l’inconvénient de l’échauffement, on emploie un porte becs isolateur.

(…)

Les becs se divisent en deux catégories : les becs sans courant d’air central et les becs à courant d’air central.

Dans les premiers, on emploie une mèche plate qui, en montant dans la gaine, s’arrondit, c’est le principe du bec dit Kosmos.

Ces becs possèdent un double courant d’air.

(…)

Dans les becs à courant d’air central, la mèche est une mèche ronde cousue.

Ce système est employé fréquemment par les Compagnies de Chemins de Fer dans l’éclairage des falots de locomotives, signaux de la voie, etc.

(…)

Au point de vue de l’éclairage particulier, la lampe à courant d’air central est très répandue. On désigne sous ce nom des appareils à becs ronds dont le courant d’air intérieur est prolongé jusqu’au fond du réservoir, pour recevoir l’air par le bas. La mèche se place sur ce tube et plonge dans le pétrole. Le courant d’air extérieur pénètre par des troubles ménagés dans la galerie du porte verre.

Au-dessus du courant d’air intérieur, un disque horizontal a pour but de rabattre l’air sur la flamme tout en réduisant le tirage.

La construction est fort simple ; de plus, ces appareils ont l’avantage de permettre, en quelque sorte, le dosage de l’air nécessaire à chaque brûleur.

La lampe Sépulcre est la première qui a été fabriquée sur ce principe. Cette lampe a été modifiée très heureusement par Monsieur Aumeunier, de façon à permettre d’appliquer ce système dans les lampes avec corps en verre. L’air pour pénétrer dans le tube central est obligé d’entrer par le haut de la lampe à pétrole dans une chemise qui entoure le bec.

Le pétrole arrive à la mèche par l’intermédiaire de petits conduits horizontaux. Cette disposition a comme avantage de diminuer l’échauffement du liquide du réservoir.

Sur le premier principe sont construites les lampes dites Universelles, exposées par Monsieur Ristelhueber.

(…)

Vous pouvez consulter l’intégralité des Rapports du Jury International de l’Exposition Universelle Internationale de 1900, et plus particulièrement le titre concernant l’éclairage à l’huile minérale (lampe à pétrole, lampe à essence…), en cliquant ici.

Mes lampes à pétrole, c'est ici.